La méthode Unicot

Texte originale écrit par Bart Torfs. Traduit et rédigé en français par Laurent Planckaert, avec l’assistance de Wim Decraene. © www.coticule.be

Aiguiser un rasoir coupe-chou avec une seule pierre

Les coticules sont des pierres à aiguiser extrêmement polyvalentes. Quand on les utilise avec de la boue (résultat du frottement d’une pierre à boue sur une pierre de coticule préalablement mouillée), elles sont capables d’enlever de l’acier assez rapidement. Utilisées avec de l’eau, ces pierres offrent une des meilleures options pour la finition du fil du rasoir. Le défi quand on n’utilise rien d’autre qu’une coticule pour aiguiser un rasoir, est de parvenir à faire la jonction entre le fil acéré qu’on obtient en fin de travail avec la boue et le fil très tranchant qu’on obtient en fin de travail avec l’eau. La méthode Unicot présentée ici, fournit une solution à la fois simple et élégante à ce délicat problème. Pour faire aussi simple que possible, cette méthode ne requiert que le minimum de tests de qualité d’aiguisage. Il est donc nécessaire de se conformer à la procédure décrite.

MethodecUnicot  001

Matériel nécessaire

1. Un rasoir non abîmé. Il peut être émoussé, ne pas raser très bien tant qu’il n’y pas de défauts visibles à l’oeil nu sur le fil (ébréchures ou corrosion)

2. Une coticule en état de marche. Elle doit être bien plate et ses bords chanfreinés

3. Une pierre à boue (petit bout de coticule généralement vendu avec la coticule)

4. Une tasse d’eau
5. Du ruban adhésif pour électricien (0.15mm épaisseur) 6. Une bouteille en verre ou un verre à boire

MethodecUnicot  002

Procédure

Vous pouvez voir un vidéo de la procédure sur http://www.youtube.com/watch?v=BWa8hL4nroc

étape 1. Assurez vous que le rasoir est incapable de raser les poils de votre avant-bras. S’il peut les raser, passer le fil du rasoir sans pression significative sur le dessous d’une bouteille en verre. Vérifier à nouveau qu’il ne parvient pas à raser les poils de votre avant-bras, si tel n’est pas le cas repasser le fil sur le dessous d’une bouteille.

étape 2. Faire monter la boue sur la coticule: asperger avec un peu d’eau la surface de la coticule et frotter la pierre à boue jusqu’à obtention d’un fluide d’une consistance laiteuse.

MethodecUnicot  003

étape 3. Poser la lame du rasoir sur la coticule et exécuter des demi-passes en croix (mouvement d’avant en arrière, en diagonale, sans retourner la lame), en maintenant une légère pression avec l’index au milieu de la lame près du dos. Faire une série de 30 demi-passes sur une face de la lame, retourner la lame et faire une série de 30 demi-passes sur l’autre face de la lame.

Vérifier que le rasoir parvient à raser les poils de votre avant- bras. Si tel n’est pas le cas recommencer les séries de demi- passes en croix. Vous aurez peut-être à recommencer de 2 à 20 fois cette étape, en fonction de l’état initial de votre rasoir. Si ça prend vraiment longtemps, jeter un coup d’œil à la lar- geur du biseau du fil des deux côtés de la lame. Si les largeurs sont inégales, insister sur la face où le biseau est le plus étroit en y effectuant davantage de demi-passes

étape 4. Une fois que le rasoir est capable de raser les poils de votre avant-bras, rafraîchir la boue, la boue doit devenir légèrement plus liquide qu’avant.
Exécuter alors 30 passes en croix avec autant de légèreté que possible (tant que vous pouvez guider votre rasoir sans à coups).

Le nombre de passes en croix est donné pour une pierre de 15cm*5cm, il est nécessaire de l’ajuster en fonction des di- mensions de votre pierre.

étape 5. Coller une épaisseur de ruban adhésif sur le dos de la lame. Rincer le rasoir. Ne pas rincer la pierre mais l’asper- ger avec quelques gouttes d’eau. La boue doit alors avoir un aspect très délavé. Exécuter 30 passes en croix.

étape 6. Rincer complètement la coticule puis déposer quelques gouttes d’eau en haut de la pierre. Rincer la lame du rasoir. Finir avec 50 passes en croix. Enlever le ruban adhésif et essuyer la lame avec précaution avec un mouchoir en papier

étape 7. Passer le rasoir sur un bon cuir à suspendre (ou une raquette). Garder le cuir raisonnablement tendu et appliquer une légère pression sur le rasoir, juste assez pour ressentir un faible tirage. Faire 60 passes sur le cuir côté canevas ou côté cuir rugueux de la raquette. (il ne faut pas y avoir déjà appliqué de la pâte abrasive), puis 60 passes côté cuir lisse.

Explication

Il y a deux caractéristiques de cette méthode qui semblent aller à l’encontre de notre intuition.

Émousser la lame

Tout d’abord, émousser la lame avant de chercher à obtenir des faces de biseau planes et complètement formées sur le fil, est un prérequis nécessaire avant de pouvoir affiner le tranchant pour un rasage confortable. La raison pour laquelle il faut commencer avec un rasoir incapable de raser les poils de bras est d’éliminer le doute sur la réalisation de la condition mentionnée. Les rasoirs ont souvent des faces de biseau ayant une forme d’arc, ce qui résulte de l’utilisation de cuirs recou- verts de pâtes abrasive pour entretenir leur capacité à raser. A terme, l’arc formé sur le biseau devient tellement incurvé que le confort de rasage s’en trouve compromis.

Quand on en est là , il est temps de aiguiser avec une pierre et pourtant le rasoir est encore capable de raser les poils de bras. Quand on retire au rasoir sa capacité à raser, d’une manière très douce, en passant le fil sur une surface de verre, on sait avec une certitude absolue que le fil ne pourra plus couper les poils des avant-bras avant que les faces du biseau ne soient à nouveau planes et totalement formées. De plus, cette opéra- tion permet de se débarrasser des petits défauts accumulés sur le fil.

Le ruban adhésif

La deuxième caractéristique qui peut sembler aller à l’encontre de l’intuition, est l’utilisation de ruban adhésif au milieu du processus d’aiguisage. C’est pourtant la pierre angulaire de la méthode Unicot. La boue sur la coticule abrase l’acier à grande vitesse, mais au détriment de la finesse du tranchant. Le contact du tranchant avec les cristaux de grenat contenus dans la boue à un effet émoussant. En même temps, il y a aussi un effet d’affûtage causé par les particules d’acier arrachées des faces du biseau. A un certain niveau sur l’échelle du pou- voir tranchant, l’effet émoussant neutralise l’effet affûtant. Si on oubliait cela, on pourrait continuer à aiguiser le rasoir avec la boue sans pouvoir jamais parvenir à dépasser ce niveau.

Quand on utilise la coticule sans boue, les cristaux de grenat restent sagement incrustés dans la pierre ne laissant ap- paraître à sa surface que quelques protubérances. Ils perdent alors très vite leur pouvoir mordant et il n’y a plus de cristaux frais pour revigorer le pouvoir aiguisant de la pierre. La coti- cule devient alors un instrument à polir très lent, très adapté pour lisser mais presque inutile pour affiner le tranchant. Pour cette raison, passer directement de la coticule avec boue, à la coticule avec de l’eau fournira rarement un bon tranchant. Diluer progressivement la boue pourra aider, mais c’est une opération très délicate qui exige beaucoup de compétences en aiguisage pour un succès pas toujours garanti.

Mais il existe un moyen d’augmenter de manière exponentielle la performance d’une pierre extrêmement lente. Si on autorise la coticule à travailler sur une bande étroite du biseau à l’apex de la lame, elle pourra enlever assez d’acier pour affi- ner le fil, tout en ralentissant progressivement son action alors qu’une nouvelle surface plane se forme.

Et parce que le nouveau biseau secondaire n’est altéré qu’à un moindre degré, on doit lui allouer une largeur suffisante pour ajouter du tranchant au biseau primaire. Le biseau secondaire est taillé avec une boue très liquide avant de maximiser son tranchant sur la coticule avec de l’eau.

MethodecUnicot  004

Entretien du fil.

Parce que le biseau secondaire tranchant est petit, la coticule avec de l’eau est très efficace pour retoucher le fil du rasoir. Il vaut mieux entretenir le rasoir dès les premiers signes de dé- térioration du fil. Une trentaine de passes en croix devraient suffire. Evidemment, il faut coller une épaisseur de ruban ad- hésif auparavant.

A chaque retouche du fil, le biseau secondaire s’agrandit, jusqu’au moment où utiliser une coticule avec de l’eau n’a plus le pouvoir d’aiguisage suffisant. On peut aisément y remédier en enlevant le ruban adhésif, ce qui permet de faire grandir le biseau primaire au profit du biseau secondaire qui n’a d’autre choix que de diminuer. Environ 30 passes en croix avec de la boue et sans ruban adhésif devraient suffire pour ramener le biseau secondaire à portée de la coticule utilisée avec de l’eau.

MethodecUnicot  005

Texte originale écrit par Bart Torfs. Traduit et rédigé en français par Laurent Planckaert, avec l’assis- tance de Wim Decraene.
 © www.coticule.be