Préparation d’un CC neuf

Par rem.44

Ce texte n’ a pas pour vocation d’ être exhaustif, ni parfait : il reprend les grandes lignes de la préparation d’ un coupe-chou neuf, et constitue un guide pour les débutants, comme pour les utilisateurs expérimentés.
Initié par Celtic, il a été enrichi par Olaf et moi-même.
Si vous souhaitez en voir un passage modifié ou détaillé , n’hésitez pas à me préparer un petit texte, en MP, que je rajouterai en éditant le message initial, ou à m’envoyer une ébauche (sous Word, ou OpenOffice), que vous me faites parvenir par mail via le forum.

LA PRÉPARATION D’ UN COUPE-CHOU NEUF

La lame d’un coupe-chou neuf n’est pas prête à raser, elle est seulement aiguisée, pré-affilée. Une finition aussi poussée augmenterait le prix de l’ objet de façon exagérée. Plusieurs accessoires sont donc nécessaires pour obtenir un tranchant assez fin et poli pour raser sans vous irriter la peau.

Pour s’en convaincre, voici une petite comparaison entre le fil d’un rasoir neuf, « sorti de la boîte », à gauche, et celui d’un rasoir préparé, aiguisé et affilé pour être « shave-ready », à droite, vus à la loupe X50.

- Le cuir et la pâte

Le cuir est l’élément indispensable pour obtenir et garder un tranchant parfait. Utilisez-le donc sans retenue !!!

S’il s’ agit d’ un cuir avec un manche, dont la tension peut être réglable, on l’ appelle paddle , ou  raquette. Il est constitué de 2 faces : une lisse, très douce, avec un aspect “peau de pêche”, qui doit rester nue, et une autre face , un peu plus “rugueuse”, que l’ on recouvre de pâte abrasive. Certains modèles anciens ont une face en bois très fin (balsa, aloès), destinée à l’ application de la pâte.

La pâte à affiler sert à polir et à raviver un tranchant fatigué : la Puma verte (à l’oxyde de chrome) parait être la plus efficace mais la Thiers-Issard, les pâtes Stangen noire et rouge, de chez Dovo, la Dialux semblent avoir aussi leurs adeptes.

Le côté le plus rugueux du cuir est destiné à recevoir la pâte à affiler. Passez votre rasoir dessus régulièrement : 1 à 2 fois par an constitue une moyenne courante. Ne chargez pas trop votre cuir de pâte, mettez juste ce qu’il faut. Pour voir un exemple de méthode d’étalage de la pâte et un aperçu de la quantité idéale, suivez ce lien :
http://www.straightrazorplace.com/forums/strops/17886-pasting-strop-photo-tutorial.html

S’il s’ agit d’ un cuir en forme de lanière, ou strop, il peut être équipé d’ un canevas, sorte de “sangle” en coton ou en lin, qui s’ utilise avec la même technique que le cuir, et toujours “ à sec ”, sans rien rajouter dessus. Entre chaque rasage, avant de passer au cuir pour finir d’affiler le tranchant, le passage sur le canevas permet de “ décrasser ” le fil, et de le “ réaligner ”, pour préparer le passage sur le cuir. D’ aucuns prétendent même qu’ il “ chauffe ” le fil, le rendant plus malléable pour un affilage plus efficace sur le cuir. Personnellement, je n’ ai jamais remarqué que cela “ réchauffait ” le fil de ma lame !

Et avec le canevas visible :

Pour nettoyer votre cuir, il est recommandé d’utiliser une gomme blanche genre  » Staedler  » pour enlever les traces de pâte séchée.
Le côté lisse du cuir est destiné à rester nu. Vous pouvez toutefois appliquer une huile (d’olive, ou de pied de bœuf, spécifique à l’entretien du cuir) ou une autre graisse pour le protéger, comme de la vaseline médicinale qui « glace  » le cuir et affine encore plus le tranchant, mais toujours avec parcimonie. Certains sont partisans de ne rien mettre sur leur cuir, et se contentent de le frotter avec le gras de la paume de la main, pour l’ adoucir et y appliquer en très faible quantité la graisse naturelle qui recouvre notre peau.

Passez sans appuyer votre rasoir sur le cuir en plaçant le fil de la lame du côté opposé au sens du mouvement (fil fuyant) ; le CC doit être positionné à plat, le dos doit rester  » collé  » au cuir.
Votre geste doit IMPÉRATIVEMENT être souple et léger, ne forcez pas sur votre rasoir, et n’ appuyez pas trop sur le cuir non plus : le poids du rasoir suffit amplement. Pour repartir dans l’autre sens, pivotez votre rasoir en le tournant avec vos doigts sans décoller son dos du cuir. De plus, il faut essayer de travailler le plus possible à l’horizontale, et à hauteur des hanches, pour une plus grande régularité dans le geste.
Le cuir peut être plus ou moins lâche, mais la majorité des utilisateurs le tendent, mais sans exagération pour ne pas se crisper et garder de la fluidité dans leurs mouvements.
Voici quelques exemples en vidéo :

Recherche Google de vidéos d’affilage

Pour un CC  neuf , et si vous ne disposez pas de pierre (Coticule ou 12 K), commencez par effectuer 200 passes sur chaque face de votre cuir : la face recouverte de pâte d’abord, puis celle laissée nue (une passe = 1 aller-retour).
Ces chiffres ne sont pas exhaustifs, vous pouvez donc les augmenter si votre CC n’est pas encore au point après ça.
Pensez aussi à bien essuyer votre lame pour ne pas transférer de pâte côté nu.

Avant chaque rasage, affilez votre rasoir sur cuir nu : une trentaine de passes de chaque côté sont un minimum, à condition que votre CC soit au maximum de son potentiel. Dans le cas contraire, vous n’avez plus qu’à augmenter le nombre de passes, et en faire entre 50 et 100.
Cette préparation peut prendre du temps : l’astuce d’ affiler votre rasoir la veille peut se révéler être un gain de temps non négligeable.

Certains utilisateurs vérifient la qualité de leur affilage avec le test du cheveu : prenez un cheveu, en le laissant dépasser de 4 à 5 cm entre le pouce et l’index puis essayez de le couper en le  » posant  » à différents points du fil de la lame. Si le cheveu est tranché net, votre rasoir est théoriquement prêt à raser (shave-ready). Néanmoins, cette astuce est à prendre avec des pincettes. En effet, beaucoup de rasoirs prêts à raser ne passent pas le test du cheveu.

- L’aiguisage sur la (les) pierre(s)

La pierre de Coticule, provenant des Ardennes Belges, (voir le site http://www.ardennes-coticule.com/index.asp?id=358 ) de couleur jaune plus ou moins pâle suivant la qualité, est apparemment l’un des meilleurs outils pour aiguiser votre CC. Il existe plusieurs sortes de pierres : japonaises, chinoises, Norton, Arkansas, etc… mais c’est la coticule qui semble être la plus réputée en Europe. Attention, prenez garde au SUR-AFFUTAGE qui pourrait endommager le fil de votre lame; à utiliser donc avec parcimonie. (contrairement au strop). Sa granulométrie est estimée entre 6000 et 8000. Certaines pierres (chinoises, japonaises) peuvent monter jusqu’ à 12 000 (on dit 12 K, pour 12 kilos, 12 000, quoi …), et sont plus spécifiquement dédiées au polissage du tranchant, pour une plus grande douceur de coupe.

Le passage sur la pierre n’est pas indispensable pour un CC  » en pleine forme « . Par contre, si vous constatez que votre CC peine de plus en plus à couper vos poils, surtout en fin de rasage, même après passage sur le cuir, le recours à la Coticule ou à une 12 K peut se révéler judicieux : dans ce cas, 10 à 15 passes doivent  suffire. Passer le CC sur la pierre après l’avoir bien humidifiée à l’eau. Cette fois, le fil de la lame sera placé dans le même sens du mouvement, en avant, toujours bien à plat avec le dos  » collé  » en procédant en X. La lame glisse sur la pierre, en gardant donc toujours le même angle. On agit comme si on voulait en couper une fine tranche : on dit que l’on  » rentre  » dans le tranchant contrairement au cuir où l’on  » fuit  » le tranchant.

Le plus important est de ne pas appliquer trop de pression sur la pierre avec la lame : on doit caresser la pierre, en appliquant uniquement le poids du rasoir, sans appuyer. Une trop forte pression pourrait endommager le fil ( usure inégale d’ une partie du tranchant, “ voilage ” du fil, tordu par une trop forte pression …), et surtout, elle va immanquablement créer un morfil, une petite bavure sur le fil, qui l’ empêche de couper correctement, et qui ne disparaîtra pas avec le passage sur le cuir.

NE JAMAIS IMMERGER UNE COTICULE. On l’humidifie seulement en déposant de l’eau sur sa surface.
Pour vérifier et améliorer la planéité de la pierre, on la frotte avec un petit fragment (un “ bout ” belge) provenant de cette dernière. Cette action va de plus produire une boue chargée de minuscules grains de grenats, qui accélèreront et amélioreront l’aiguisage.
N’hésitez pas à confier votre rasoir à un barbier, pour justement éviter un sur-affûtage, ou pire, une détérioration du fil. L’idéal peut être une démonstration, “ un cours particulier ” par un professionnel ou un membre expérimenté du forum.
Rincez la pierre à l’eau claire ou savonneuse. Frottez avec ses doigts suffit généralement à enlever les traces noirâtres survenues pendant l’aiguisage. Laissez la sécher  » debout  » pour l’égoutter, puis essuyez-la doucement avec un papier absorbant.
Stockez-la au sec. (seules les pierres japonaises naturelles se stockent dans l’eau).
Renouveler l’opération avec le cuir enduit de pâte pour polir le tranchant et réduire les minuscules, voire microscopiques dents produites par l’aiguisage sur la pierre.
On peut repasser le test du cheveu avant d’envisager un nouveau rasage.