Autour du CC

Par LeDed

Après le rasage, un bon nettoyage-séchage suivi d’une application au doigt d’huile d’olive et le tour est joué, paré pour servir toute une vie.

Pourquoi l’huile d’olive? A cause de l’odeur que j’aime. Une petite anecdote cependant, cet été je suis allé voir les « Gergoviade » sur le plateau de Gergovie dans le Puy de Dôme, un rassemblement sur les celtes avait lieu et j’ai discuté longtemps avec un passionné à propos de la fabrication des lames. Rassurez-vous, nos ancêtres les celtes fabriquaient aussi des rasoirs très coupants. En tout cas, cet homme fabriquait des épées de 80 cm de long pour un poids de 800 gr et entretenait l’acier avec … de l’huile d’olive, pour les mêmes raisons que moi, à savoir l’odeur que ça dégage, mais surtout parce qu’il existait déjà de l’huile d’olive à l’époque des celtes. Donc vous pouvez y aller franchement et graisser votre instrument avec, sans problèmes.

Personnellement, je laisse le rasoir plié dans sa boîte après usage et ne referme celle ci que le lendemain après m’être assuré que l’huile était correctement répartie PARTOUT sur l’acier. Le graissage doit se faire là ou il y a de l’acier, donc ne pas oublier d’en mettre même sur l’axe, il ne faut pas que l’acier noircisse. C’est à cette condition que perdurera votre coupe chou. N’entreposez pas non plus votre instrument trop prêt de sources humides, l’acier n’aime pas, le manche non plus d’ailleurs. Je vous rappelle qu’un manche, qu’il soit en corne, en bois, en os ou tout autre matière « vivante » craint l’humidité, essuyez donc bien le manche avant de le ranger sous peine de le voir se déformer en gondolant d’ici quelques temps.

En un mot il faut être soigneux, n’oubliez pas aussi de le mettre hors de porté des enfants ou tout autres personnes susceptibles d’avoir de mauvaises idées, le rasoir peut-être considéré comme une arme très dangereuse quand même.